Et si on transformait notre quotidien au travail ?

Et si on transformait notre quotidien au travail ?

Et si on transformait notre quotidien au travail ?

La semaine dernière, on a demandé à la communauté yoomaneo et à ses abonnés sur LinkedIn ce qu’ils préféreraient faire évoluer dans leur travail actuel…

On a imaginé 4 grands changements possibles :

🔸 La possibilité de faire évoluer notre travail avec une semaine de 4 jours : donc de travailler 28 heures, tout en gardant le même salaire. 

🔸 La possibilité de faire évoluer notre travail en gardant les 35 heures, mais aux horaires de votre choix ; offrant la possibilité de finir sa semaine au bout de 2 ou 3 jours en fonction du rythme adopté.

🔸 La possibilité de travailler faire évoluer notre travail, toujours avec nos 35 heures, mais dans le lieu de votre choix ; offrant la possibilité de travailler où bon vous semble peu importe la ville ou le pays.

🔸 La possibilité de changer de job en un claquement de doigt ! Finit les démarches compliquées pour entrer ou sortir d’un job, finit la recherche de travail interminable et les entretiens et sélections à n’en plus finir. La contrainte : rester minimum 2 ans dans chacun des métiers choisis.

Au total, plus de 50 participants nous ont partagé leur avis sur leur désir de changement !

Evolution du travail

Le premier choix : une évolution vers 28h de travail avec le même salaire.

Cet argument arrive en première position avec 18 votes.

Ne perd par ta vie à la gagner – Lanza del Vasto, citation reprise lors des manifestations de mai 68.

L’argument principal se situe dans la recherche de temps libre. Cela suit une tendance ancrée depuis plus de 50 ans et rythmée par de nombreuses réformes au cours de la Vème république: augmentation du nombre des congés payés, réduction du temps de travail… On passe d’ailleurs de 1975 heures de travail par an en 1975 à 1617 heures aujourd’hui !

En tout cas, les membres de la communauté d’innovation yoomaneo sont d’accord avec cet argument :

Je choisis la semaine de 4 jours pour avoir plus de temps – Socute

En revanche, même si la tendance est à la réduction du temps de travail dans ces dernières décennies, les membres considèrent un tel bouleversement de notre mode de travail comme utopique :

Une semaine de 28 heures au même salaire me parait utopique. – mamymary

En seconde position : une évolution vers 35h de travail aux horaires de votre choix

Cet argument arrive en seconde position avec 14 votes.

Toujours dans cette optique de gagner du temps pour soi où de s’aménager de plus longs week-ends, beaucoup des membres se projettent dans un mode de travail où les 35 heures pourraient être condensée en deux ou trois jours… Laissant quartier libre pour le reste de la semaine !

Travailler 35h mais aux horaires de mon choix avec la possibilité de tout faire en 2 ou 3 jours ! – Poema49

En troisième position : une évolution vers 35h de travail dans le lieu de votre choix

Cet argument arrive en troisième position avec 11 votes.

Travailler depuis le lieu de son choix est une tendance qui semble s’ancrer dans la nouvelle ère post covid du télétravail. Aujourd’hui, 31% des salariés pratiquent le télétravail. C’est à peine plus qu’avant la crise sanitaire, la différence se mesure plutôt au temps de travail passé hors de l’entreprise. En 2019, la moyenne était de 1.6 jours par semaine, aujourd’hui, elle atteint 3.6 jours !

Cette hausse du télétravail peut expliquer le faible engouement pour la modalité de changement proposée dans notre sondage.

travailler 35 heures dans le lieu de mon choix, je pense que cela se pratique déjà avec le télétravail, beaucoup de Parisiens qui pouvaient le faire sont partis à la campagne. – mamymary

Les quelques utilisateurs favorables à cette potentielle réforme semblent attirés par la possibilité de télétravailler, non pas de chez eux, mais plutôt de n’importe quel endroit dans le monde :

J’hésite aussi entre la semaine de 4 jours et la possibilité de bosser partout dans le monde qui serait sacrément chouette (et pas loin d’être réalisable je pense !) – ZoeM

En dernière position : une évolution vers un changement de travail grandement facilité

Ce dernier argument cumul au total 8 votes.

La possibilité de changer de travail en claquement de doigt attire, intrigue, mais semble difficilement réalisable :

Sur la dernière option, je trouve l’idée attrayante et plutôt drôle, mais vraiment utopiste quand on pense au contexte et aux conditions que cela implique. – SyrineC

En dehors de la faisabilité, on constate un véritable attrait pour la diversité de métier ! Dans une discussion de mars 2022, les membres échangeaient autour de la possibilité de diviser leur temps de travail en 2 métiers complètement différents… Et l’engouement était de la partie !

Je pense que ce serait une très bonne idée car les métiers manuels peuvent être très épanouissants et on devrait tous avoir plus de temps pour faire des choses pour soi. Néanmoins, ils demandent beaucoup d’organisation avant de pouvoir commencer à réellement travailler (80% d’organisation, 20% d’action), donc niveau productivité cela peut créer une frustration ou du stress supplémentaire. – Caroline75

Changer de métier : une tendance LinkedIn !

Concernant la répartition des différents choix, on observe une répartition plutôt égale, mais avec deux petites tendances tout de même…

On distingue un attrait plus fort pour la possibilité de changer de travail sur le réseau social et, à l’inverse, un attrait pour les 28 heures de travail plus prononcé sur la communauté en ligne.

Evolution du travail

En vous ? Qu’en pensez-vous ? Comment imaginez-vous le futur de vos conditions de travail ?

Merci à Lison, PatGUIVARCH, soleil_vert, Socute, Mee, YoannP, Youma, ZoeM, SyrineC, mamymary, Majoub et Poema49 pour leur participation à cette discussion 😊

Un article rédigé par Zoé. 

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Les villes sont-elles sexistes ?

Les villes sont-elles sexistes ? Les villes sont-elles sexistes ?

En France, d’après l’association Osez le féminisme !, seulement 6 % des noms de rues sont féminisés. Le débat peut sembler futile puisque les passants ne sont pas attentifs aux noms de rues. Nous les regardons inconsciemment. Sauf que la force de l’inconscient, justement, n’est peut-être pas à négliger.

 

Les noms de ville, témoins de l’histoire

Les noms des rues  sont plus que de simples indicateurs pour se repérer dans un territoire, ils agissent également comme témoins de l’Histoire et véhiculent les valeurs d’une ville. Les dénominations de voies publiques sont conçues comme un moyen d’illustrer une vision particulière de notre société. Par exemple, Paris est la ville où le nombre de rues portant le nom d’un soldat est le plus important au monde : cela illustre le passé combatif et courageux de la cité. En Allemagne, ce sont les philosophes et les compositeurs qui sont valorisés. Effacer les femmes de l’environnement urbain en leur rendant hommage dans un pourcentage minime de nos rues, c’est donc perpétuer un certain nombre de stéréotypes patriarcaux, c’est les cantonner à un espace domestique et nier leur importance dans la vie publique et dans l’histoire du pays. 

Un aménagement urbain plus égalitaire

Pourtant, imaginer un aménagement urbain plus égalitaire est possible ! Les membres de la communauté yoomaneo n’ont pas hésité à partager leurs idées.

Organiser l’espace urbain dans une perspective féministe passe par les noms de rues mais pas uniquement. Comme le souligne Robin135, pour donner confiance aux femmes dans l’espace public.

 

Il faut plus de noms de rues portant des noms de femmes célèbres ou méritantes, c’est symbolique mais ce n’est pas celui qui changera forcément la donne. Aussi beaucoup plus de sécurité, pas tant sur l’ajout d’éclairage mais avec une vraie politique de sécurisation (vidéoprotection, plus de présence policière, pénalisation plus rigoureuse de comportements sexistes inacceptables…). Il faudrait plus de propreté également […] peut-être en installant plus de toilettes publiques.

 

Il conclut sa proposition en ajoutant qu’il faudrait éduquer les citoyens sur ce type de sujet. 

 

Djams est du même avis puisqu’il propose également davantage de caméras de surveillance et plus de noms de rue de femmes célèbres. Il ajoute qu’en mettant en place un service de taxi avec des chauffeurs de sexe féminin, les déplacements dans la ville seront également plus sécurisés. 

 

Un échange de commentaires entre Mee et Majoub souligne l’importance des icônes dans le paysage urbain, à savoir plus de statues qui représentent des femmes et plus de personnages féminins sur les panneaux signalétiques. 

 

Que pensez-vous de ces idées ? En avez-vous d’autres ? 

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

ECO CO2 – Consommation énergétique

ECO CO2 – Consommation énergétique

ECO CO2 – Consommation énergétique

XX
participants
9
questions
XXX verbatims
échangés
6 000 points
partagés

Le projet d’innovation :

Ce projet est destiné aux dirigeants et personnes qui gèrent la question de l’énergie dans des PME/TPE du secteur tertiaire. Durant ce projet, vous serez amené à donner votre avis sur un concept visant à diminuer la consommation d’énergie.

Participer au projet :

  • Créez un compte sur l’application « yoomaneo« 
  • Dans « mes projets » inscrivez-vous au projet « ECO CO2 »
  • Répondez au questionnaire d’éligibilité
  • En fonction de votre profil, vous serez accepté pour participer !
  • A l’issu du projet, soyez récompensé en fonction de votre implication 
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Quel message envoyer aux extra-terrestres ?

Quel message envoyer aux extra-terrestres ?

Quel message envoyer aux extra-terrestres ?

Quel message envoyer aux extra-terrestres ?

En ce moment, des scientifiques cherchent à envoyer un nouveau message au bout de l’univers. Alors c’est sur… La communauté d’innovation rebondi sur le sujet !

Baz, fidèle membre de la communauté yoomaneo à la curiosité insatiable, s’est posé la question suivante : quel message envoyer aux extraterrestres ? 

Une idée loin d’être récente

Messages écrits, appels radio, ondes, jeux de lumières, musiques… La plus connue est sans doute la plaque en or fixée à la sonde Pioneer 10 en 1972, et le message radio d’Arecibo lancé en 1974. Depuis, les tentatives de communications avec les extraterrestres persistent et se multiplient, allant de pair avec les progrès technologiques.  

Une proposition pour une nouvelle version du message d’Arecibo sera d’ailleurs prochainement diffusée le 4 octobre 2022, depuis le Royaume-Uni. Cette missive partira en direction du système planétaire TRAPPIST-1, composé d’au moins sept planètes et situé à un peu moins de 40 années-lumière de la Terre.

Cette nouvelle “bouteille à la mer étoilée” sera constituée de données scientifiques mais également d’extraits musicaux produits en Ouzbékistan et qui alertent sur l’assèchement de la mer d’Aral. 

L’idée du message démontre une inquiétude liée au sort de notre planète et fait écho aux réponses des membres yoomaneo, sensibles aux enjeux environnementaux actuels.

SOS, l’humanité va bientôt s’auto-détruire, donnez-nous un remède – Jean 38320

Aidez-nous ! – Mee

 Toutefois, ces messages éco-anxieux sont également pleins d’espoir puisqu’ils imaginent les extraterrestres comme des êtres à la fois pacifistes et capables d’agir pour empêcher un probable apocalypse. Tout le monde ne partage pas la vision de l’extraterrestre sauveur sur yoomaneo. D’autres membres, plus sceptiques quant à la gentillesse présumée des aliens, souhaitent assurer une possible relation amicale, en leur présentant notre fonctionnement tout en s’intéressant au leur. 

Si nous voulions assurer du mieux possible une relation amicale, il serait utile d’adresser des messages rassurants […] – Robin 135

[…] présenter notre planète tout en étant ouverts à la leur ! – Novama

 

Penser le fond et la forme

Si le contenu du message est important, la forme est tout aussi essentielle. Une membre le souligne d’ailleurs, et propose une communication qui ferait appel aux sens : 

 

[…] peut-être qu’un objet physique est le plus sûr, même si moins facile à envoyer. […] dessin, toucher… une petite boîte avec de l’eau et une plante ? – Zoe

 

Mais notre représentation des objets ne viendra-t-elle pas brouiller le message ? Et si nous cherchions à transmettre un message de paix mais c’est l’inverse qui sera interprété ? 

Si ce risque existe, le véritable défi à relever, comme le souligne Robin 135, est de parvenir à entrer en contact avec les aliens. En effet, pour le moment, nos appels les plus perfectionnés sont restés sans réponse. Ce silence n’empêche pas les scientifiques de persister puisque nous continuons à envoyer des messages exprimant nos inquiétudes et nos espoirs. 

Avant de partager votre opinion sur yoomaneo, nous vous recommandons de visionner cette vidéo tedx sur le sujet !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Elon Musk rachète Twitter, quel futur imaginer au réseau social ?

Elon Musk rachète Twitter, quel futur imaginer au réseau social ?

Elon Musk rachète Twitter, quel futur imaginer au réseau social ?

Elon Musk rachète Twitter, quel futur imaginer au réseau social ?

C’est une discussion d’actualité qui est publiée sur la communauté d’innovation :

 » Elon Musk vient de racheter le réseau social Twitter pour la coquette somme de 43 milliards de dollars.
Son objectif principal est de « réinstaurer la liberté d’expression » sur le réseau.
On ne parlera plus de censure, notre compte ne pourra plus être suspendu et tous les propos et opinions trouveront leur place.

Qu’en pensez-vous ? Vous y êtes plutôt favorable ou défavorable ?

Quelles nouvelles opportunités peuvent émerger de ce rachat ?
Quelles pires dérives imaginer ? « 

Certain membres de la communauté y sont clairement défavorables. En jeu : un réseau social qui se tranforme en véritable défouloir.

Je ne suis pas favorable, j’utilise principalement Facebook qui censure lorsque certains propos sont haineux ou autres, et je trouve cela très bien. Malgré cela il y a encore des publications qui me choquent, parfois elles ne restent pas longtemps en ligne d’ailleurs ! et je trouve que les réseaux sociaux sont souvent un défouloir par écrans interposés. – Mamymary 

D’autres membres de la communauté témoignent avec un avis plus tempéré : entre liberté d’expression et censure à tout va, il faut choisir.

Les réseaux sociaux en Europe seront soumis à cette nouvelle réglementation DSA et tout Elon Musk qu’il est, il a d’ailleurs acté rapidement que Twitter respecterait la loi en vigueur par pays. Après n’est-il pas préférable d’avoir une liberté d’expression juste cadrée mais avec les risques de dérapages que l’on connait, qu’une surveillance et censure étatique. L’équilibre n’est pas aisé mais cette réglementation Européenne va dans le bons sens; – Robin135

Et vous, qu’en pensez-vous ? Venez nous donner votre avis sur yoomaneo et soumettre de nouvelles idées de discussion afin d’échanger autour d’innovations en tout genre avec la communauté !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Concert : Quand les morts reprennent vie !

Concert : Quand les morts reprennent vie !

Concert : Quand les morts reprennent vie !

Concert : Quand les morts reprennent vie !

Michael Jackson, Sylvie Vartan, 2pac et plus récemment Whitney Houston ont tous un point commun. Ces icônes qui ont marqué l’histoire de la musique reviennent aujourd’hui sur le devant de la scène grâce à la technologie sophistiquée des hologrammes. Dans le cas de Whitney Houston, son hologramme a été conçu à partir d’images d’archives qui sont apposées sur le corps de sa doublure. Le résultat est magique et promet un concert  en hologramme à l’envergure exceptionnel. Toutefois, ce type d’innovation pose des questions éthiques.

Dans ce contexte Pegoda a lancé un sujet de discussion : Pensez-vous que c’est une bonne chose de pouvoir revivre des instants virtuels avec des (artistes) défunts ?

Innovation en hommage ou par affront ?

Si cette question a suscité l’enthousiasme et la curiosité, elle a aussi été contestée par les membres de la communauté, qui tempèrent leurs commentaires. En effet, si cette pratique est mal contrôlée, elle pourrait rapidement être perçue comme un affront à la mémoire de l’artiste.

Je pense que c’est assez déroutant tout en étant une bonne chose … Cela permet l’immortalité tout en cultivant un côté malsain […] Sans parler de l’argent générélealeacff_62

Un concept inédit mais des risques de conséquences, il faut savoir l’utiliser avec modération – Mee

Ces concerts virtuels sont à double tranchant. D’un côté, ils peuvent rendre hommage à la personne défunte et ravirent les fans. D’un autre côté, l’artiste décédé est utilisé telle une image de marque. Il n’a plus son mot à dire. J’essaye de me mettre à la place de l’artiste en question. Comment je percevrais la situation si on utilisait mon image après ma mort ? Si, sans mon consentement, mes chansons étaient modifiées ? – Majoub

Penser le concert du futur

Si l’ensemble de la communauté s’accorde à vouloir mettre en place des garde-fous pour préserver l’image de l’artiste et éviter des éventuelles dérives, les idées pour encadrer ces concerts en hologrammes diffèrent. Pour certains membres, l’accord de l’artiste lui-même est essentiel, ce qui exclut de la scène holographique les artistes étant déjà décédés.

Selon les commentaires, cet accord devrait prendre en compte la scénographie du concert et le comportement de l’artiste mais également le lieu et le but du concert. Certains considèrent que ce type d’événement à moitié virtuel devrait générer de l’argent uniquement pour des causes « justes ».

Je pense que l’important c’est l’accord de ces personnes. Idéalement il faudrait que ces concerts soient pour la bonne cause, ce qui éviterait que les membres de la famille avide d’argent n’utilisent ce genre de personnalité à leur fin. – ortega-34

Je pense que ces concerts virtuels doivent rester similaires à ceux ayant existé dans le passé. Et maintenant que les nouvelles technologies nous permettent de réaliser ce genre d’événements, il faudrait inclure cette possibilité dans le contrat de l’artiste afin qu’il puisse décider de quelle façon son image sera utilisé après sa mort. Majoub

Demi-réel, à moitié prix

Si la possibilité de re-voir Michael Jackson ou Bob Marley sur scène attirera probablement les foules, les membres de yoomaneo considèrent que le coût d’entrée doit s’adapter au type de la prestation. Le public vient à un concert hologramme pour être subjugué par la mise en scène de l’expérience mais également pour interagir avec sa star préférée. Un hologramme, simple projection technique, n’est pas réel. Le lien entre l’artiste et le spectateur manque d’authenticité et le concert est monté de toute pièce sans laisser de place à l’imprévu. Bref, pour la communauté yoomaneo, il est donc normal que le prix ne soit pas le même.

Ça devrait être franchement moins cher qu’un concert « réel » vu que tout est « monté » en amont. – ZoeM

Quand l’hologramme s’invite dans d’autres domaines

Certains membres de la communauté se sont probablement souvenus de la campagne présidentielle de 2017 où le candidat Jean-Luc Mélenchon s’était multiplié au travers d’un hologramme dans une autre ville que celle où il présentait son discours en chair et en os.

Après ça pose aussi la question des hologrammes dans d’autres situations : la vie politique par exemple. Mais idem, pourquoi pas, ça mobilise nos sens pour nous impliquer davantage dans l’événement. ZoeM

Cette technologie, pour une partie de la communauté, devrait se cantonner au domaine événementiel. Car le risque de perturber le processus de deuil est élevé si elle est se démocratise dans la sphère privée.

Je pense que c’est une bonne chose, ça permet de se souvenir des célébrités. Après, je pense que c’est mieux que ça s’arrête aux concerts virtuels que ça ne parte pas trop loin. – Badou

Je trouve cela bien pour des vedettes, par contre je ne serais pas cliente pour ma propre famille, car je préfère y penser souvent et avoir leur visage, leur voix, leur attitude dans ma tête. Mais je respecte le choix de ceux qui pourrait y trouver de la joie ou du réconfort, et je pense qu’il y aura des familles qui seront intéressées.mamymary

D’autres membres au contraire, sont enthousiastes à l’idée d’utiliser cette technologie pour faire le deuil d’un être cher ou pour vivre des expériences enrichissantes dans des domaines variés. L’utilisation de l’hologramme dans le tourisme par exemple, peut permettre aux visiteurs d’admirer un monument détruit depuis plusieurs siècles ou de converser avec un personnage historique décédé.

Bien sûr ! Ceux qui s’y refusent imaginent que les gens sont assez fous pour confondre hologrammes, passé et présent. Je suis certain que cela peut aider à faire des deuils, ou créer des événements touristiques, des archives historiques etc. – Badou

Très bonne initiative, on peut l’utiliser aussi pour les choses historiques et culturelles. Du style des monuments perdu ou détruit, ou des personnages historiques. Zakarya

Malgré les nombreuses réserves émises par la communauté, aucun membre de yoomaneo ne s’est complètement opposé à cette nouvelle technologie. A condition d’être mise en place avec prudence, cette innovation semble avoir un bel avenir devant elle ! Car si cette nouvelle technologie peut « ressusciter » des artistes décédés, elle peut également donner un second souffle scénique à des artistes toujours vivants (Eminem Augmented) voir à des artistes… qui n’existent pas (Hastune Miku) !

N’hésitez pas à aller découvrir les autres sujets proposés par chacunes des communautés 😉

Un article rédigé par Marion.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le e-voting, remède à l’abstention ?

Le e-voting, remède à l’abstention ?

Le e-voting, remède à l’abstention ?

Le e-voting, remède à l’abstention ?

La discussion

Le e-voting serait-il la solution miracle pour lutter contre l’abstention, en particulier des plus jeunes ? Il semble en effet logique qu’en facilitant le processus, la participation augmente. Pourtant, cette modalité de vote n’est toujours pas mise en place, ce qui a fait réagir la communauté yoomaneo.

Le e-voting, une nécessité démocratique ?

Le e-voting permet aux citoyens de voter en ligne. Ce système de vote dématérialisé à comptage automatisé est déjà utilisé par les français vivant à l’étranger. Selon de nombreux membres yoomaneo, ce fonctionnement devrait s’étendre à l’ensemble de la population française.

Je pense que cela diminuerait l’abstention […] – Maissane25

C’est une nécessité démocratique […] – Cihad

Y a t il des partis que la situation actuelle favorise ? – YJA

D’après une étude de l’Insee de 2017, la moitié des jeunes entre 25 et 29 ans était mal-inscrits sur les listes électorales. Le vote électronique pourrait aider à motiver cette tranche d’âge hyper-connectée qui n’a pas le réflexe ou l’envie de se déplacer. Ce système de vote serait ainsi plus représentatif de la population et par conséquent, plus démocratique.

Je ne comprends pas pourquoi cela n’est pas fait depuis longtemps. Il serait si simple à mettre en place et cela rendrait les élections beaucoup plus représentative de la population, cela donnerait envie aux jeunes de voter. – Ludo

Certains membres en faveur du e-voting rappellent que ce système existe déjà et fonctionne dans d’autres contextes. En Estonie par exemple, il est possible de voter depuis son téléphone à condition d’avoir une carte sim à son nom. En 2019, plus de 40% des votes aux législatives ont ainsi été effectués dans ce « paradis du e-vote » !

Je serais pour, cela est déjà pratiqué dans les entreprises pour les élections professionnelles. […] – mamymary

Je pense que ça devrait être généralisé comme beaucoup d’autres pays. Et oui ça éviterait beaucoup d’absentéisme. – Zakarya

Le e-voting : moins contraignant, mais également moins contaminant !

Si se déplacer jusqu’aux urnes peut vite être contraignant – surtout si vous êtes en vacances ou en déplacement professionnel, voter en ligne permet également de réduire les risques de contamination, particulièrement en période de Covid.

Pas de nid à covid par ce biais – YJA

A distance, c’est mieux pour [éviter] la contamination […] – Djams

Le système de e-voting est doublement efficace puisqu’il optimise le temps de vote et de dépouillage grâce au calcul automatisé des résultats. Ce temps peut être utilisé pour découvrir les programmes, aisément accessibles sur le net. De plus, au moment de voter, vous n’avez pas derrière l’isoloir une queue de citoyens vous pressant de prendre rapidement une décision.

Oui oui oui […] du temps pour la réflexion dans l’isoloir, des mines d’ informations sur les programmes sous les doigts , du temps gagné et sans aucun doute des électeurs plus nombreux ! – YJA

Alors…

[…] Pourquoi attendons-nous ? – YJA

À la lecture de toutes les réponses, conjuguées à mon propre avis (on ne peut plus favorable) sur la question, je me demande du coup pourquoi cela n’est-il pas mis en place ? Quels sont les freins ? Y a-t-il des enjeux politiques à mettre en place ce médium de vote ? Des problématiques de confidentialité ? Ou des peurs trop grandes de hack ou problèmes techniques ? – Zoé

Le e-voting : un système de vote risqué

Le vote en ligne induit des conséquences compliquées à résoudre : en effet, comment s’assurer du secret du vote sans isoloir ? Voter en deux fois, en confirmant son premier résultat ? Voter en activant sa caméra qui bloquera le choix du votant si elle détecte une autre présence via l’objectif ? Le vote papier résout sans doute plus aisément ce problème. Le e-voting n’est pas non plus à l’abri d’un hacking ou d’un simple problème technique.

[…] Il faudrait pouvoir sécuriser un maximum cette opération – Nicolange

La démocratie ne se conjugue pas toujours à la technologie 

Une récente étude belge a conclu que le vote par internet ne fait pas automatiquement augmenter la participation. Le problème du taux élevé d’absentéisme qui, rappelons-le, s’élevait à 82% chez les 18-35 ans aux dernières élections régionales (l’un des plus forts de la Vème république !) semble ailleurs. Dans une défiance vis-à-vis des options politiques ?

Pourquoi attendons nous aussi pour prendre en compte les votes blancs ? – YJA

Le vote par internet serait certainement un atout pour augmenter le taux de participation mais pas que; Au delà du fait que les électeurs devraient avoir totalement confiance dans le système, il risque de ne pas forcément ramené la frange des abstentionnistes actuels qui considèrent que cela ne sert à rien ou qui ne se retrouvent pas avec le système politique actuel; seul une évolution de la 5° avec le vote blanc et la proportionnelle pourraient potentiellement donner de la légitimité aux élections – Robin135

Oui excellente idée. Néanmoins le meilleur moyen de faire voter les gens est que cela soit obligatoire avec évidemment la prise en compte du vote blanc. Ceci existe en Belgique – Eloracsaplan

Pour augmenter le taux de participation, il faut légitimer les résultats. Comptabiliser le vote blanc est une proposition qui revient par conséquent souvent dans les commentaires yoomaneo.

Sur le plan pédagogique, l’actualité politique doit également être plus accessible. Pour impliquer les jeunes et les inciter à aller voter, il est essentiel de communiquer sur les supports digitaux appropriés : en attendant le e-vote, commençons par la e-com !

Tinder et l’ONG française « A voté » l’ont compris et ont fait le pari de s’associer à travers une campagne de communication singulière du 17 février au 8 avril 2022. Le slogan : « Si tu dates en bas de chez toi… Alors vote en bas de chez toi ! »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Tendance : Quelle digitalisation pour notre santé ?

Tendance : Quelle digitalisation pour notre santé ?

Tendance : Quelle digitalisation pour notre santé ?

40
participants
4
questions
XXX verbatims
échangés
1 000
points partagés

Quelle digitalisation pour notre santé ?

Une nouvelle Exploration de tendance est ouverte sur yoomaneo !
Cette semaine, la communauté d’innovation va s’intéresser à l’évolution des pratiques et habitudes digitales dans le monde de la santé 💻🧬

Pour participer à l’étude :

🔸 Créez un compte ou connectez vous sur yoomaneo

🔸 Rejoignez la communauté « Santé » ou « Mode de vie / Conso« 

🔸 Inscrivez-vous au projet qui apparaitra sur votre tableau de bord 

🔸 Répondez à 3 questions en une semaine

🔸 Soyez récompensé pour votre participation !

Par avance, nous vous remercions de nous aider à construire les innovation responsables de demain 🚀🧡

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Tendance : la sécurité dans les transports

Tendance : la sécurité dans les transports

Tendance : la sécurité dans les transports

40
participants
4
questions
XXX verbatims
échangés
1000 points
partagés

 

Le nouveau projet d’exploration de tendances sur yoomaneo sera dans la communauté transport :

La sécurité dans les transports en commun

Qu’en pensez-vous ? Avec quelles problématiques ce thème résonne-t-il ? Quelles solutions pour la renforcer ?

L’objectif sera de découvrir les tendances d’aujourd’hui pour mieux construire celles de demain.

Le projet commencera mercredi 23 février, pendant une semaine, répondez à 4 questions.

Envie d’y participer ? 👇

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Que pensez-vous du sommeil polyphasique et oseriez-vous l’expérimenter ?

Que pensez-vous du sommeil polyphasique et oseriez-vous l’expérimenter ?

Que pensez-vous du sommeil polyphasique et oseriez-vous l’expérimenter ?

La discussion

Dormir en fractionné comme Tesla ou de Vinci ? Quels sont les bienfaits du sommeil polyphasique sur le sport ou la créativité ? D’après vous, cette méthode constitue-t-elle un risque ou une opportunité ?

De quoi est fait le sommeil ?

Le sommeil est constitué de plusieurs phases qui se distinguent par des activités cérébrales spécifiques. Pour chacune, les ondes électriques liées à l’activité neuronale ont un aspect différent. On distingue deux états de sommeil majeurs :

  • Le sommeil lent : Ce type de sommeil, comme son nom l’indique, est caractérisé par des ondes lentes. Il est découpé en trois stades : une phase N1 de quelques minutes qui effectue la transition entre l’éveil et le sommeil, une phase N2 de sommeil léger et une dernière phase N3 de sommeil profond. Le sommeil lent profond se caractérise par un métabolisme cérébral ralenti – le cerveau est en veille. C’est pendant le sommeil profond que le cerveau et le corps récupèrent le plus.
  • Le sommeil paradoxal : Durant ce sommeil, l’activité du cerveau est proche de celle de l’éveil et on peut observer les yeux bouger sous les paupières. Le tonus musculaire est toutefois entièrement éteint, à l’exception des extrémités du corps. Cette phase est propice aux rêves, et les plus vivaces se produiront à ce moment-là.

Qu’est-ce que le sommeil polyphasique ?

Le sommeil polyphasique est un sommeil fractionné en plusieurs segments. Au lieu d’être concentré en une seule période continue comme c’est généralement le cas (sommeil monophasique), le sommeil est divisé en deux périodes ou plus.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le sommeil polyphasique est loin d’être hors normes. En premier lieu, comme le relève un membre de la communauté, on l’observe dans le règne animal.

Beaucoup d’espèces animales pratiquent ce type de sommeil. — Florian

Même si les primates (chimpanzés, gorilles et orangs-outans) ont en majorité un sommeil monophasique, de nombreux autres mammifères comme l’éléphant, le chat ou le rat ont un sommeil polyphasique.

Par ailleurs, l’homme jusqu’à récemment dans son histoire a couramment pratiqué ce type de sommeil. Du Moyen Âge jusqu’à l’époque préindustrielle, des sources attestent qu’il était assez fréquent de diviser sa nuit en deux segments (sommeil biphasique). Ce n’est qu’avec l’apparition de la lumière artificielle que le sommeil s’est généralisé sous la forme d’une seule plage horaire. Selon certains, les vestiges du rythme biphasé pourraient être l’une des sources de l’insomnie dont beaucoup souffrent aujourd’hui.

De nos jours, le sommeil polyphasique est pratiqué par une minorité. Les utilisateurs de yoomaneo font plusieurs fois référence au cas du militaire en mission et du sportif de haut niveau (courses à pied ou en mer de longue durée). Ceux-ci se voient en effet contraints d’adopter un rythme extrême – où leur sommeil est fractionné en 4 à 6 plages ne dépassant pas une heure – pour exercer leur activité.

Plus couramment, un rythme polyphasique est adopté par certains travailleurs de nuit, ou encore les mères de nourrissons contraintes d’adopter le rythme naturellement polyphasique de leur enfant.

Les militaires utilisent cette technique lorsqu’ils sont de garde, tout comme les enfants en bas âge. — Nadege

Sommeil monophasique ou sommeil polyphasique ?

Le rythme polyphasique peut avoir quelques avantagesde s’adapter à la situation où dormir d’un seul tenant la nuit n’est pas possible, comme dans le cas des travailleurs de nuit. Il peut également permettre d’augmenter le temps de veille : le sommeil polyphasique ’atteindre plus vite les phases de sommeil profond et condense ainsi le sommeil.

Avec quelques années d’exercice, on s’assoupit en moins de 2 et le réveil se fait assez simplement et automatiquement 5-10 minutes après. —  yrodriguez

Ces avantages ne viennent pas sans coûts. Le premier est le risque encouru dû à la faible disponibilité d’informations fiables sur le sujet. Le sommeil demeure un objet de recherche actuel, et le sommeil polyphasique plus particulièrement est encore très peu documenté. Il existe par exemple peu de renseignements sur les effets de cette pratique sur l’organisme.

En outre, si l’on veut substantiellement raccourcir sa durée de sommeil, il faut savoir se discipliner comme le soulève un membre.

Ce n’est pas particulièrement difficile d’y parvenir, mais ça demande tout de même de la volonté. —  Kenjiyuyu

Le sommeil polyphasique dur (celui que pratiquent skippers et militaires) demande plusieurs jours pour forcer l’organisme à entrer vite dans les temps réparateurs du sommeil (le sommeil lent profond), et faire en sorte que les courtes durées de sommeil suffisent. Les phases de sommeil lent profond peuvent également être raccourcies du fait du fractionnement, ce qui peut conduire à une diminution de la qualité du sommeil.

Je dirais que le sommeil fractionné nuit à l’aspect réparateur du sommeil. —  Charlotte

Aussi, cette capacité se développe au prix d’une dette de sommeil continue, dont il ne faut pas négliger l’influence sur les temps de veille.

Enfin, à ces préoccupations s’ajoute la difficulté organisationnelle de dormir à des moments précis de la journée. Pour beaucoup, soulèvent des membres de la communauté, il serait délicat de rendre compatible cette contrainte avec la vie professionnelle. Le sommeil polyphasique requiert de respecter les moments de sommeil prévus,

Comment calculer le temps de travail et le temps de pause ? Ce serait un vrai casse-tête, puisque chacun aurait son propre rythme, et il y aurait forcément des abus… — Celia

Pas sûr que ce soit compatible avec la vie de bureau. — Florian

En conclusion, ne vaut-il pas mieux se concentrer à maintenir un bon sommeil monophasique, grâce aux recommandations existantes, plutôt que de s’essayer au sommeil polyphasique ? Les participants à la discussion ont un avis assez unanime…

Personnellement je ne suis pas attirée par ce genre de rythme, rien ne vaut une bonne et longue nuit de sommeil. — Nadege

Je suis plutôt contre car j’aime dormir la nuit uniquement avec 7 à 8 h de sommeil. — Graziella

J’aurais plus peur que ça perturbe le sommeil de la nuit qu’autre chose. — Charlotte

Merci aux membres de la communauté ayant participé à la discussion !
Un article rédigé par Jonas
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
fr_FR